Vous êtes ici : Les TIC intégrées au développement local > Regroupement pour la relance économique et sociale du Sud-Ouest (RESO) > Récit d'expérience

:: Récit d'expérience />

Regroupement pour la relance économique et sociale du Sud-Ouest (RESO)

Une vision du développement local branché sur les besoins de la population

Depuis sa création en 1990, le RESO oeuvre à revitaliser le secteur Sud-Ouest, arrondissement fortement touché par les bouleversements de l’industrie manufacturière qui employait une bonne partie de la population au cours des années de prospérité économique. Desservant les quartiers de Saint-Henri, Petite-Bourgogne, Pointe-Saint-Charles, Ville-Émard, Côte Saint-Paul et Griffintown, le RESO apporte un soutien aux personnes sans-emploi, aux entreprises d’économie sociale, aux organismes communautaires et aux entreprises du territoire. En tant que corporation de développement économique communautaire, le RESO a élaboré, avec plusieurs acteurs socio-économiques, un plan de développement économique rendu public en 1998 et un plan de développement de la main-d’oeuvre qu’il concrétise actuellement. Ces deux rapports sont d’ailleurs téléchargeables à partir du site du Regroupement.

La mission du RESO est de soutenir les personnes sans-emploi du Sud-Ouest tout en veillant au relèvement socio-économique de l’ensemble des résidents et résidentes de l’arrondissement. Dans la même perspective, RESO consolide l’activité économique en favorisant, notamment, la protection et la création d’emploi et l’amélioration de la qualité de vie de la population locale. RESO veille également à rehausser l’image du Sud-Ouest et à assurer un plus grand contrôle de la communauté locale sur l’avenir de son territoire.

Pour le Regroupement, il est essentiel de trouver des moyens concrets pour permettre la participation de la population du Sud-Ouest au secteur de la nouvelle économie, secteur particulièrement visible dans cette région située tout près de la Cité du multimédia du Centre-Ville. Si le Sud-Ouest est composé des anciens quartiers ouvriers à la base du dynamisme industriel de la région montréalaise, le développement de l’accès aux TIC pour les populations démunies constitue l’un des enjeux majeurs pour la lutte au chômage, au décrochage scolaire et une meilleure participation des citoyens et citoyennes à la vie démocratique. En effet, tout comme l’utilisation des TIC fait partie des compétences à développer pour intégrer plus facilement le marché du travail, il est essentiel de ne pas oublier les personnes sans-emploi n’ayant pas accès à un milieu de travail susceptible de leur offrir de la formation informatique.

L’accessibilité des TIC pour la population du Sud-Ouest : une condition essentielle pour combattre l’exclusion et favoriser l’insertion sociale

La population active est largement représentée dans l’arrondissement du Sud-Ouest où 69% des résidents et résidentes se situent dans le groupe des 15-64 ans . D’autre part, les quartiers du Sud-Ouest sont nettement marqués par la pauvreté et la sous-scolarisation : environ 60% de la population n’a pas complété d’études secondaires tandis que les jeunes de 15 à 24 ans ont décroché du réseau scolaire dans une proportion de 39%. Un nombre important de personnes vivant seules (39%) et un taux de monoparentalité de 28% figurent parmi les éléments ayant un impact défavorable sur le niveau de vie de la population du Sud-Ouest : 20% de la population dépend de l’aide sociale pour survivre et ce, dans près de 75% des cas, depuis plus de quatre ans. Par ailleurs, relevons un aspect plus positif : celui lié à la diversité culturelle du Sud-Ouest où 17% de la population est représentée par les membres des communautés culturelles.

Dans un tel contexte, le RESO a voulu lier à son plan de développement économique un plan de développement de la main-d’oeuvre en emploi et sans emploi du Sud-Ouest. Élaboré de concert avec les citoyennes et citoyens du Sud-Ouest, les représentants du secteur des affaires et les intervenants du milieu communautaire, l’objectif vise à outiller la population et l’aider à intégrer le marché du travail par des mesures concrètes favorisant l’accès à l’emploi et à la formation. Les TIC ont alors été identifiées comme pôle de développement puisqu’elles participent, pour une part importante, à la création d’emplois tout en offrant des nouveaux modes de création et de diffusion des idées. Ce rôle essentiel des TIC dans la production et la circulation des idées est une dimension retenue dans l’approche développée par le RESO qui favorise la participation active des citoyens et citoyennes aux instances décisionnelles de l’organisation sociale et communautaire de même que l’ouverture sur le monde par la participation à la vie culturelle.

À cet effet, les organismes communautaires du Sud-Ouest ont été ciblés comme lieu privilégié pour rejoindre la population et l’initier à l’utilisation des TIC. Le RESO, conscient des besoins des groupes en matières d’équipements et de formation, a fait appel à Communautique pour les outiller davantage : une quarantaine de groupes suivirent des formations informatiques dans une perspective de développement communautaire. Ils ont aussi bénéficié du programme VolNet et reçu des dons d’équipements grâce au travail de sollicitation effectué par le RESO. D’autres projets liés aux TIC ont reçu un soutien financier à partir des outils de financement locaux géré par le RESO.

Le projet Inforoute : une importante façon de faire des TIC un véritable outil pour les gens défavorisés

La mise sur pied de huit points d’accès à Internet dans le cadre du projet Inforoute - Points d’accès - Initiation de la population a permis de rejoindre plus de 600 personnes résidentes du Sud-Ouest par l’entremise d’organismes communautaires oeuvrant en éducation populaire et en alphabétisation et qui intégraient l’informatique à leurs activités. Les participants qui avaient déjà pris conscience du potentiel de l’informatique dans leur processus d’apprentissage souhaitaient approfondir leur connaissance de l’utilisation des TIC. Ces gens ont répondu dans une large proportion à l’invitation lancée dans le cadre des activités d’initiation du projet Inforoute et ont pu aller plus loin dans l’apprentissage de l’utilisation de logiciels comme le traitement de texte ou encore l’accès à Internet pour la recherche d’informations diverses et l’utilisation du courrier électronique. La participation aux activités d’initiation du projet Inforoute était pour ces gens un outil de plus pour développer de nouvelles compétences et un élément stimulant pour leur culture personnelle en tout leur offrant un moyen de gagner de l’autonomie. Ces gens ont rapidement compris que l’utilisation des TIC n’était pas uniquement réservée aux classes aisées économiquement et qu’ils peuvent, eux aussi, en retirer énormément : «soutenir les gens dans leur processus d’apprentissage de l’informatique, c’est aussi les soutenir dans leur processus de propre prise en charge».

La vocation éducative des organismes destinés à l’alphabétisation, aux loisirs et à l’intégration des personnes immigrantes, qui rejoignent tant les familles que les individus, constitue un catalyseur important pour faire de l’intégration des TIC au milieu social et communautaire du Sud-Ouest un moyen concret de lutte à l’exclusion. Par exemple, des familles ont été rejointes et ont pu recevoir un soutien pour apprendre à utiliser l’équipement informatique obtenu dans le cadre du programme "Brancher les familles" qui ne comprenait pas de formation. Souvent, les équipements étaient sous-utilisés ou encore détournés de leur potentiel éducatif au profit d’un usage souvent passif de divertissement. En rejoignant les familles, les animatrices et animateurs des différents points d’accès participent à la lutte au décrochage scolaire et à l’intégration de nouveaux outils dans les familles défavorisées au niveau économique mais qui demeurent, avec l’école, le premier lieu d’intégration sociale des jeunes et d’éveil à la vie culturelle. Ces familles ont pu développer des façons d’utiliser les TIC pour s’ouvrir au bassin immense de connaissances que constitue le réseau Internet.

Le projet Inforoute a également permis de former des personnes engagées pour assurer l’animation des points d’accès dont deux ont été maintenues en emploi. L’histoire de l’une des personnes recrutées offre par ailleurs une illustration du potentiel lié aux TIC dans l’intégration du marché du travail. Cette personne résidente du Sud-Ouest qui avait décroché du milieu scolaire s’est découvert une très grande capacité à apprendre les rudiments de l’informatique et a toujours cherché à augmenter ses connaissances dans le domaine. Cette personne-ressource dans l’animation des points d’accès est grandement appréciée dans le milieu communautaire du Sud-Ouest et peut maintenant partager ses connaissances avec les participantes et participants aux activités d’initiation.

L’approche collective proposée par le RESO dans le cadre de la mise en place des points d’accès a permis l’intégration des TIC à l’organisation sociale et communautaire du Sud-Ouest tout en favorisant le développement d’une expertise chez certains utilisateurs particulièrement stimulés par l’accessibilité de ces outils d’information et d’éducation. Le RESO souhaite prochainement intégrer ces récents acquis dans le développement de centres d’accès communautaires Internet (CACI) en jumelant le projet Inforoute au programme PAC d’Industrie Canada. Dans une perspective d’inclusion et de participation citoyenne au développement du Sud-Ouest, le RESO cherche ainsi à assurer une pérennité à ces activités d’appropriation sociale des TIC et espère étendre le projet à d’autres organismes comme certains centres de femmes et des groupes s’adressant aux personnes âgées.



Ce récit est la version intégrale du témoignage recueilli par Communautique et publié en version imprimée en juin 2002.

Dépôt légal - Bibliothèque nationale du Québec, 2002
ISBN 2-9807167-2-3
© Communautique, juin 2002


Regroupement pour la relance économique et sociale du Sud-Ouest (RESO) - 16 novembre 2004

Politique de confidentialité | Politique d'accessibilité
La création 'Espace associatif.org' est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
Contrat Creative Commons Communautique 2004.

Le développement de cet espace en ligne a été rendu possible grâce à l'appui financier du Fonds de l'autoroute de l'information du Conseil du Trésor du Québec et du programme Francommunautés Virtuelles d'Industrie Canada et des Programmes de financement de Culture canadienne en ligne de Patrimoine Canada.

Gouvernement du Québec Gouvernement du Canada