Vous êtes ici : Les groupes de femmes et les TIC > Réseau NetFemmes > Récit d'expérience

:: Récit d'expérience />

Réseau NetFemmes

L’utilisation des listes de discussion en support aux objectifs du CDÉACF pour la condition féminine...

Dès 1997, le CDÉACF entame une vaste campagne de sensibilisation auprès des groupes de femmes et des regroupements du Québec. Alors qu’il n’y a qu’une vingtaine de groupes de femmes branchés à l’époque, le CDÉACF souhaite informer les femmes du potentiel d’Internet pour leur action et met rapidement sur pied des activités de formation sur l’utilisation de base d’Internet et du courriel. La liste de discussion NetFemmes (netfemmes.cdeacf.ca/listes/netfemmes.html) fut d’abord créée afin de permettre aux nouvelles formées une application immédiate des notions apprises en formation par l’utilisation du courriel comme outil de communication. Ces femmes furent donc inscrites à la liste et purent expérimenter le potentiel d’une communauté virtuelle en échangeant entre elles et avec une quarantaine de chercheuses féministes dont la participation à la liste avait été sollicitée par le CDÉACF. Rapidement, la liste NetFemmes devint l’un des réseaux féministes francophones des plus connus et l’outil par excellence pour la liaison des femmes, dans le milieu communautaire et avec le milieu universitaire. En effet, les initiatrices de la liste souhaitaient faire de cet outil un espace où la collaboration entre les femmes et les chercheuses, déjà présente au Québec, serait dorénavant possible au moyen d’une interaction facile.

... et comme support à la liaison et à la concertation des groupes de femmes

Réunissant près de 450 abonnées situées partout au Québec et dans une vingtaine de pays, la liste de discussion sert de relais d’information pour le contenu du site NetFemmes où sont versées les informations d’intérêt public comme les textes d’opinion et les appels à l’action (signature de pétitions, annonces de manifestations, etc.). Les envois de communiqués présentant entre autres les activités des groupes sont réunis dans un calendrier électronique, consultable à même le site, utile à la mobilisation et à la coordination des événements. Il en va de même pour les annonces de publications et de mémoires des chercheuses et des groupes dont plusieurs sont téléchargeables. La présence de ces publications sur le site NetFemmes permet une diffusion plus large comparativement à ce que l’édition papier peut permettre et accroît ainsi le potentiel de sensibilisation lié aux productions féministes (netfemmes.cdeacf.ca/documents/). À titre d’exemple, le résumé du document d’information sur les agressions sexuelles et les drogues du viol est consulté sur le site NetFemmes plus de 500 fois par mois et le document lui-même est téléchargé en moyenne 140 fois par mois (netfemmes.cdeacf.ca/documents/drogue_viol.pdf). De plus, les annonces de nouveaux sites sont colligées dans une base de données que les visiteuses du site NetFemmes peuvent consulter : la Cartographie du Québec féministe branché (netfemmes.cdeacf.ca/ressources/cartographie.html) est l’un des moyens électroniques utiliser par le réseau NetFemmes dans son effort de liaison des groupes de femmes et de partage des savoirs. Il est également possible de lancer des appels à l’action via la liste ou par le site NetFemmes qui diffuse, par ailleurs, des documents d’information sur la façon efficace de faire de tels appels et favoriser ainsi la mobilisation des militantes.

Si la liste NetFemmes constitue le principal outil de communication et de concertation des groupes de femmes, d’autres outils de discussion en ligne viennent supporter la liaison et l’entraide des féministes entre elles : la liste Techno (netfemmes.cdeacf.ca/listes/techno.html) comptant près de 140 abonnées est un lieu de partage de conseils techniques qui fut, à la base, créée en support à la formation "Diffuser sur le Web" offerte par le CDÉACF. La liste NetJeunes (listes.cdeacf.ca/mailman/listinfo/jeunes) utilisée au départ en support aux réunions du comité Jeunes de la Fédération des femmes du Québec fut ensuite ouverte aux jeunes féministes qui ne travaillent pas dans des groupes de femmes ou qui ne font pas partie du réseau universitaire. Le CDÉACF héberge également d’autres listes comme celle des travailleuses en options non-traditionnelles qui discutent des enjeux liés au travail dans un environnement majoritairement masculin. La liste de FRONT est donc un moyen de briser l’isolement tant par l’échange virtuel que par les rencontres et diverses activités annoncées via la liste.

Le CDÉACF continuera de miser sur le potentiel des listes de discussion afin de soutenir la cause des femmes et poursuivre son important travail de sensibilisation auprès d’elles sur les enjeux liés aux TIC. À ce sujet, le Centre de documentation organisait en mars dernier l’atelier "Femmes et PoliTIC" auquel ont participé une quinzaine de représentantes des Tables régionales des groupes de femmes et des principaux regroupements provinciaux (netfemmes.cdeacf.ca/politic/). Ces femmes ont pu y discuter du potentiel d’Internet pour leur action politique et suivre une formation d’une journée sur la planification, le développement et l’entretien d’un site Web. La liste d’échange "Femmes et PoliTIC", lancée le 8 mars 2002, se veut le prolongement virtuel des discussions entamées lors de ces deux journées de rencontre et de formation afin de continuer les efforts d’intégration des TIC par les groupes au Québec (listes.cdeacf.ca/mailman/listinfo/politic/).

Dans l’avenir, le CDÉACF souhaite maximiser l’utilisation d’applications partagées en vue d’unifier ses différentes bases de données. De cette manière, une abonnée à la liste NetFemmes pourrait, par une seule porte d’entrée, poster par exemple un communiqué, une offre d’emploi et un appel à l’action. Par ailleurs, le Centre de documentation explore actuellement avec les regroupements provinciaux les possibilités de développer la formation à distance utile lorsqu’un organisme a, par exemple, des intervenantes travaillant à des endroits différents. En collaboration avec les regroupements, le CDÉACF souhaiterait mettre cette expertise au service des groupes de femmes. Conformément aux valeurs privilégiées par les gens oeuvrant dans le milieu communautaire, le Centre de documentation aimerait également voir se développer des moyens technologiques plus accessibles basés sur l’entraide : le développement Linux serait ainsi une piste à suivre.

Adresses Internet :
Site du Réseau NetFemmes : http://netfemmes.cdeacf.ca/
Productions féministes accessibles via Internet : http://netfemmes.cdeacf.ca/documents/
Cartographie du Québec féministe branché : http://netfemmes.cdeacf.ca/ressources/cartographie.html
Les suites de l’atelier "Femmes et PoliTIC" : http://netfemmes.cdeacf.ca/politic/

Listes de discussions :
NetFemmes : http://netfemmes.cdeacf.ca/listes/netfemmes.html
Techno : http://netfemmes.cdeacf.ca/listes/techno.html
NetJeunes : http://listes.cdeacf.ca/mailman/listinfo/jeunes
Femmes et PoliTIC : http://liste.cdeacf.ca/mailman/listinfo/politic/



Ce récit est la version intégrale du témoignage recueilli par Communautique et publié en version imprimée en juin 2002.

Dépôt légal - Bibliothèque nationale du Québec, 2002
ISBN 2-9807167-2-3
© Communautique, juin 2002


Réseau NetFemmes - 16 novembre 2004

Politique de confidentialité | Politique d'accessibilité
La création 'Espace associatif.org' est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
Contrat Creative Commons Communautique 2004.

Le développement de cet espace en ligne a été rendu possible grâce à l'appui financier du Fonds de l'autoroute de l'information du Conseil du Trésor du Québec et du programme Francommunautés Virtuelles d'Industrie Canada et des Programmes de financement de Culture canadienne en ligne de Patrimoine Canada.

Gouvernement du Québec Gouvernement du Canada