Vous êtes ici : Les TIC intégrées au développement local > Logiciel Libre Ahuntsic > Récit d'expérience

:: Récit d'expérience />

Logiciel Libre Ahuntsic

Les logiciels libres en application

Logiciel Libre Ahuntsic (LLA) propose un ensemble de solutions "Logiciels Libres" pour répondre aux besoins de base d’une majorité de petites organisations. Cette approche favorisera les travailleurs autonomes mobiles et les organismes communautaires par exemple.

Le « Libre »

Les articles et présentations traitant des logiciels libres abordent souvent la question par le biais de la licence GNU et de la place de Linux sur le marché des postes de travail.

Ici, nous considérerons les logiciels libres sous l’angle de la pratique. Après une recherche de plusieurs mois, de nombreux tests et essais en production, est apparue une sélection des produits applicables directement dans la vie courante.
Un genre de « suite-réseautique », par analogie à suite-bureautique. Ces produits se partagent en 2 groupes:
- le poste de travail
- les services réseau et Internet

Les postes de travail

Chacun le sait, les produits Microsoft sont la cible des hackers malveillants et la compagnie ne réagit pas toujours avec diligence pour corriger des failles de sécurité. Les logiciels libres aident à sécuriser un poste de travail en remplaçant certains outils couramment utilisés. Ainsi, Thunderbird remplace très agréablement Outlook-Express, et à un moindre degré Outlook. Par ailleurs, Firefox remplace avantageusement le navigateur Internet Explorer. L’accès à distance pour la téléintervention se fait très bien avec VNC au lieu de pcAnywhere, les pages web se font avec NV/u... Une excellente ressource à cet égard : framasoft.net

Les services réseau et Internet

Là où les logiciels libres offrent le plus d’impact se situe au niveau des serveurs. J’ai tenté des installations Microsoft et Linux (Redhat, Mandrake (mandiva), etc.) sans toutefois me sentir en sécurité. Ces produits requièrent une expertise importante pour obtenir un serveur stable et sécuritaire. C’est alors que mon choix s’est tourné vers les "Server Appliances". Le concept a été développé il y a déjà plusieurs années et les offres commerciales de Sun avec le Qube et le Rack ont popularisé cette approche. Même si Sun s’est désintéressé de ce marché, le concept est demeuré et il existe plusieurs distributions dites « dédiées serveurs ».

Concrètement, il s’agit d’un système d’exploitation Linux (souvent Redhat 7.3) fortement modifié par l’incorporation de scripts en Perl, ou Debian avec des scripts PHP, pour paramétrer le serveur de façon cohérente. On comprendra ici que des spécialistes ont conçu une interface web permettant à des non-spécialistes de modifier les paramètres du serveur. Par exemple, peu de gens savent comment créer un nouvel utilisateur sur un serveur et lui attribuer un compte de courriel, ou encore comment ajouter un domaine virtuel pour héberger un site web. Mais avec une interface web pour exécuter ces tâches, c’est très simple. Encore faut-il savoir ce qu’est un compte d’utilisateur et une boîte de courriel...

Dans la pratique

La promotion du Libre se joue donc à plusieurs niveaux évidemment, mais le niveau pratico-pratique m’apparaît généralement sous-représenté. Et c’est plus particulièrement la cible visée par LOGICIEL LIBRE AHUNTSIC. C’est un organisme à but non lucratif financé uniquement par les honoraires facturés pour le montage de réseaux, le soutien technique et des services web.

Que cherche-t-on à faire au juste ?
• Rentabiliser la connectivité Internet
• Se doter de services VPN, Mail, Web, Partage de fichiers, Fax, etc.
• Se doter d’un Intranet pour partager des applications, carnets d’adresses, caldendriers, etc.
• Sans autres pré-requis qu’une bonne connaissance de la réseautique, de l’hébergement, etc.

Plusieurs de ces "Servers Appliances", avec le concept d’administration par pages web, avaient été conçus pour des OSBL! Ils permettent de réutiliser des PC trop vieux pour les nouveaux besoins (XP, antivirus, etc.).
L’Open Source a ainsi sa place dans la pratique, maintenant! Pas de formation sur Linux, pas de risque d’erreurs de débutant. On s’en tient au manuel, et voilà!

Pare-feu, serveur web, Intranet, partage de calendriers et de carnets d’adresses avec Outlook... Autant d’exemples d’applications disponibles dès maintenant, fort bien supportées par des communautés actives et attentives. Les Servers Appliances sont un point de départ des plus productifs. Le produit final procure aux usagers une configuration sécuritaire maintenue par des gens qui s’y connaissent en sécurité. Vous suivez le guide et vous obtenez des services qui ont un fort impact sur la performance d’un organisme en soutenant sa mission concrètement.

Dans le domaine aussi technique de l’informatique, la suprématie de la plate-forme Microsoft entraîne ses règles et sa structure de coûts. Les ressources techniques sont largement disponibles mais la plate-forme elle-même comporte de nombreux risques au niveau de la sécurité.

Par ailleurs, la plate-forme Linux offre de meilleures performances et une plus grande sécurité. Malheureusement, les ressources techniques sont moins accessibles. En d’autres termes, les produits Microsoft sont moins sécuritaires, mais mieux supportés techniquement, tandis que les produits basés sur Linux sont plus sécuritaires et moins bien supportés techniquement. Notre proposition vient combler ce vide en offrant une solution basée sur Linux, administrable par la plupart des techniciens de réseautique.

LOGICIEL LIBRE AHUNTSIC offre des réponses à deux questions principales:
1. Comment peut-on se doter d’un ensemble de services informatiques qui soient stables et sécurisés sans nécessiter l’intervention de spécialistes ?
2. Comment peut-on rentabiliser une connexion à l’Internet sous utilisée ?

Les besoins

Au préalable, un mot pour souligner le fait que la plupart des organismes a accès à l’Internet haute-vitesse et que l’usage se limite généralement à des échanges de courriels. Cela laisse une grande part de la bande passante complètement libre pour d’autres usages.

Lorsque nous constatons certains manques au niveau des ressources informatiques, nous pouvons déduire des champs d’actions à investiguer.

Absence de plan d’informatique

Lorsqu’il n’y a pas de budget ou de programme de remplacement des équipements, nous suspectons l’absence de ressources qualifiées en informatique, ou un recours à des techniciens improvisés.

Absence de backup organisé

Nous suspecterons qu’il n’y a pas de plan de relève en cas de perte d’équipement ou de données. Toute la sécurité devra être évaluée.

Absence d’Internet partagé

Nous évaluerons la motivation derrière cette situation et suspecterons qu’une stratégie d’économie de bouts de chandelles devra probablement être remise en question. Une telle situation dénote un sérieux besoin d’aide spécialisée.

Absence de site web dynamique (CMS)

La présence d’un CMS dénotera une bonne gestion et un planning stratégique dans une organisation. Son absence nous fera suspecter une trop grande délégation vers les techniciens et un besoin d’appropriation des ressources Internet.

Absence de partage de carnets d’adresses et calendriers

L’organisme ne connaît pas les solutions disponibles ou s’attend à un investissement hors de sa portée. Nous recommandons alors d’implanter la « Suite-Réseautique » si les besoins le justifient.

Dépendance face aux fournisseurs de service Internet

La gestion des comptes de courriel est déterminée par les contraintes imposées par les FSI. Les organismes sont généralement limités à 5 ou 6 comptes de courriels et les modalités de changement sont souvent inconfortables.

La réponses aux lacunes et aux besoins

La réponse à des besoins de base peut s’organiser en terme de services informatiques à installer. La proposition faite ici ne se prétend pas la panacée ni la solution miracle. Il s’agit d’une solution bien adaptée à un ensemble de besoins fréquents, à un prix accessible pour la plupart des organismes, petites entreprises et les travailleurs autonomes. Les services recherchés se résument comme suit :

Pare-feu

Au lieu d’un Router conventionnel, un IPCOP monté sur un PC (P-II) permet d’établir des liens sécurisés permanents (multi-succursale) ou temporaire (RoadWarrior) ; les liens Wifi, statistiques, DNS Dynamique, fonctions avancées de Router (journeaux).

Serveur

Web, mail, statistiques, PPTP, Apache, MqSQL, Php, Perl, domaines et sous-domaines, applications web et intranet.

Site web

Statique et dynamique. Aisance des thèmes et variété de modules.

Wi-Fi (connectivité sans-fil)

Bien que IPCOP puisse prendre en charge les liens Wifi par connexions VPN, on peut aussi offrir des liens Wifi public (mais plus restrictifs) pour les visiteurs et les accès publics à l’internet. Île-sans-fil est un projet très efficace, mais PublicIP permet une configuration plus poussée, sans frais et sans intermédiaire.

Critères de sélection et logiciels recommandés

Pour en arriver aux recommandations, LLA s’est fixé des critères et les a appliqués à plusieurs produits.

Ces critères sont :
• Logiciels offerts en langue française (bonne traduction, ou traduction suffisante)
• licences GPL/GNU (gratuites ou économiques)
• utilisables tels quels, sans programmation, sans compilation, ni autres accrobaties.
• simple à installer et à configurer par des non-experts en Linux
• qualité de la communauté de support.

+Serveurs
Avec ces critères en tête, nous avons effectué l’installation et la configuration de plusieurs produits disponibles sur l’Internet.

ClarkConnect

Recommandé, très professionnel. Plus limité du côté modules optionnels, et la communauté de support est réduite . www.clarkconnect.com

Free-Eos

Recommandé, très bon mais pas aussi actualisé que le E-Smith/SmeServer; ajout d’applications très simple. www.free-eos.org

E-Smith/SmeServer

Recommandé, très bon; vaste choix de modules additionnels, bon support. Meilleur choix. www.contribs.org

Distributions Linux

Mandrake, Debian, Redhat, etc., ne sont pas recommandées parce qu’elles exigent une expertise importante en Linux (Guru) pour qu’un serveur soit sécuritaire. Toutefois, pour un serveur Kolab, la distro Debian est recommandée avec un kit d’installation automatisée.

Il existe d’autres distributions dédiées comme serveur mais elles ne sont pas gratuites ou ne répondent pas à plusieurs des critères.

Collaboratif

Les systèmes dits « Collaboratifs » permettent à un groupe de personnes de partager un carnet d’adresses et un calendrier conjoints. Ces systèmes s’utilisent à partir d’un poste de travail et un navigateur web comme Firefox et Internet Explorer. Il est aussi possible de configurer un SME-Server pour fournir certaines fonctions de partage sous Outlook de Microsoft. Voici les recommandations de LLA :

PhpGroupware

Non recommandé, instable, interface non-professionnelle. www.phpgroupware.org

EGroupware

Recommandé, en train de devenir la référence dans ce domaine. Supporte bien le partage des dossiers de courriel avec des serveurs IMAP.
C’est le meilleur choix. www.egroupware.org

moreGroupware

Recommandé, mais long à configurer (permissions), très belle interface. Moins efficace pour le partage des dossiers de courriel.
www.moregroupware.org

PhProjekt

Non recommandé, très intéressant, mais interface désagréable. www.phprojekt.com

OpenGroupware

Non recommandé, mauvaise traduction, compliqué, nécessite PostgreSQL au lieu de MySQL. S’installe difficilement sur le SME-Server. www.opengroupware.org

Twiggy

Recommandé. C’est fou ce que la simplicité peut être efficace! www.twiggi.org

Collaboratif "à la Outlook"

Il y a 2 stratégies pour relier Outlook à un système collaboratif:
• Synchronisation
• Remplacement de serveur Exchange
La synchronisation n’est que rarement disponible dans les logiciels collaboratifs « libres », et cette approche est généralement inconfortable. Les usagers ne s’y retrouvent pas facilement.

Le substitut de serveur Exchange s’avère par ailleurs une solution économique pour les groupes utilisant Outlook. La solution n’est toutefois pas gratuite. Chaque poste de travail doit avoir un "connecteur". Il en existe 2 marques. Le coût est d’environ 15USD pour le Toltec et de 40USD pour le InsightConnector. Heureusement, le coût est à l’installation seulement. Le bénéfice majeur de cette stratégie est d’utiliser le logiciel le plus répandu, Outlook, pour partager les contacts, calendriers, etc. C’est la solution préférée par les utilisateurs actuels de Outlook.

Le serveur E-Smith peut être monté avec le serveur de mail Cyrus. On peut aussi installer un serveur Kolab grâce à un script d’installation sur Debian (pas besoin de Guru).

Site Web

Le nombre de CMS va sans cesse croissant et une multitude de stratégies rendent difficile un choix clair et net.
Malgré tout, LLA retient les choix suivants:
• Drupal pour les multi-sites www.drupal.org
(difficile à installer et à utiliser)
• Xoops pour un site avec comité de rédaction. Meilleur choix. www.frxoops.org
(assez simple à installer et à utiliser)
• CMSimple pour un site simple (!) www.cmsimple.dk
(très simple à installer et à utiliser)


Logiciel Libre Ahuntsic - 09 juin 2005

Politique de confidentialité | Politique d'accessibilité
La création 'Espace associatif.org' est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
Contrat Creative Commons Communautique 2004.

Le développement de cet espace en ligne a été rendu possible grâce à l'appui financier du Fonds de l'autoroute de l'information du Conseil du Trésor du Québec et du programme Francommunautés Virtuelles d'Industrie Canada et des Programmes de financement de Culture canadienne en ligne de Patrimoine Canada.

Gouvernement du Québec Gouvernement du Canada