Vous êtes ici : TIC en soutien aux personnes handicapées > Institut national canadien pour les aveugles > Récit d'expérience

:: Récit d'expérience />

Institut national canadien pour les aveugles

L’utilité des TIC pour les personnes handicapées visuelles : une importante porte d’accès à l’information

Les personnes handicapées visuelles utilisent Internet pour les mêmes raisons que les personnes voyantes. En effet, les TIC sont identifiées comme un outil d’accès à l’information mais pour ces personnes en particulier, c’est souvent une façon de l’obtenir au même moment que le reste de la population. Certains sites spécialisés diffusent les grands quotidiens qui peuvent être consultés au moyen d’appareils adaptés comme la synthèse vocale ou l’afficheur braille. L’utilisation de la synthèse vocale est très utile, entre autres, aux personnes âgées qui ne connaissent pas les techniques d’écriture et de lecture du braille en raison de la perte tardive de la vue. Les plus jeunes vont pour leur part souvent préférer utiliser, à la fois, la synthèse vocale et l’afficheur braille leur permettant de repérer l’information plus rapidement sur Internet.

D’autres vont utiliser Internet pour la recherche d’emploi. Pour l’ensemble de la population, la maîtrise des TIC est souvent considérée essentielle pour intégrer le marché du travail. Ce pré-requis est d’autant plus vrai pour les travailleurs non-voyants qui doivent savoir utiliser les appareils adaptés afin de remplir les tâches nécessaires à la communication et reliées à leur emploi. L’utilisation d’Internet et du courrier électronique au moyen d’appareils adaptés demandent toutefois l’accessibilité à de la formation spécialisée, ce qui semble assez rare au Québec. Les centres de réadaptation offrent des formations sur l’utilisation de logiciels de base comme Word ou Excel. Cependant, très peu d’organismes ont les ressources financières et matérielles pour former les gens à l’utilisation des technologies à des fins spécifiques de communication électronique.

Apprendre à utiliser les TIC tout en brisant l’isolement

La (INCA), créée en 1930 et située à Montréal, offre ce type de formations. Son centre technologique, comptant actuellement sept postes entièrement adaptés, fonctionne grâce aux dons d’organismes philanthropiques ou privés. Au Québec, le nombre de personnes aveugles et handicapées visuelles s’élève à environ 145 000. De ce nombre, une forte proportion est constituée de personnes âgées puisque la perte de la vue est souvent associée au phénomène du vieillissement. Les handicaps visuels provoquant souvent l’isolement des personnes qui en sont atteintes, la caractéristique de l’âge peut devenir un obstacle supplémentaire pour les personnes qui en sont atteintes. C’est pourquoi l’INCA souhaite faire de son centre technologique un lieu de rencontre, un endroit où créer des liens.

Reflétant la population québécoise atteinte d’un handicap visuel, la clientèle de l’INCA se compose de personnes âgées dans une proportion de plus de 60%. Le projet Techno Culture, d’une durée d’un mois, combine une formation technologique à des activités culturelles : l’avant-midi est dédié à la formation (initiation à l’informatique adaptée, navigation Internet, courrier électronique, création d’une page Web) tandis que les participants et participantes visitent en après-midi des musées, le Jardin botanique, assistent à des spectacles divers, etc. Des périodes d’accès libre sont également prévues certains après-midi. Pour ces gens âgés, le projet Techno Culture est une opportunité d’apprendre à utiliser les TIC tout en brisant l’isolement. La plupart du temps, de nouveaux liens se créent et les gens restent en contact après leur participation au projet, échangent leur numéro de téléphone ou encore leur nouvelle adresse de courriel.

De plus, une attention toute spéciale est tournée vers la jeune clientèle de l’INCA. Les adolescentes et adolescents peuvent participer au camp technologique et sportif Cafnet en période estivale pour une période d’une semaine. Provenant de partout au Québec, ces jeunes peuvent apprendre, selon leur niveau de connaissances, à utiliser les appareils adaptés, à créer un site Internet et même à démonter et remonter un ordinateur. Pour ces jeunes, c’est une occasion de consolider leur réseau social en créant de nouveaux liens et de repartir avec plus d’outils pour utiliser les TIC à des fins de communication. La combinaison des apprentissages à des activités culturelles et sportives facilite les échanges et motive davantage les jeunes à travailler ensemble lors des activités de formation.

Le camp Cafnet est une façon originale pour ces jeunes de prendre de l’assurance et dans certains cas, de se découvrir un intérêt particulier pour les TIC. L’INCA aimerait éventuellement développer des ateliers en robotique assisté par ordinateur, un des formateurs ayant lui-même une formation dans ce domaine. Ce serait là une excellente occasion d’enseigner, par la pratique, des principes physiques simples tout en leur montrant que la programmation est un univers qui peut leur être accessible tant sur le plan personnel que professionnel.

Site Internet:




Ce récit est la version intégrale du témoignage recueilli par Communautique et publié en version imprimée en juin 2002.

Dépôt légal - Bibliothèque nationale du Québec, 2002
ISBN 2-9807167-2-3
© Communautique, juin 2002


Institut national canadien pour les aveugles - 16 novembre 2004

Politique de confidentialité | Politique d'accessibilité
La création 'Espace associatif.org' est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
Contrat Creative Commons Communautique 2004.

Le développement de cet espace en ligne a été rendu possible grâce à l'appui financier du Fonds de l'autoroute de l'information du Conseil du Trésor du Québec et du programme Francommunautés Virtuelles d'Industrie Canada et des Programmes de financement de Culture canadienne en ligne de Patrimoine Canada.

Gouvernement du Québec Gouvernement du Canada