Vous êtes ici : Les groupes de femmes et les TIC > Cybersolidaires > Récit d'expérience

:: Récit d'expérience />

Cybersolidaires

Les Cybersolidaires souhaitaient exploiter à fond le potentiel d’Internet en tant que fenêtre sur le monde et en faire un levier pour l’action. Plusieurs initiatives ont inspiré le projet des Cybersolidaires. Entre autres, mentionnons l’implication de WomenAction (www.womenaction.org) dans la couverture médiatique de Beijing +5 et le travail de Womenspace (www.womenspace.ca) quant à la promotion de la participation des femmes au réseau Internet. Ces initiatives avaient tôt fait de démontrer la volonté de femmes souhaitant se mobiliser et participer à l’espace public, local et international, au moyen des voies électroniques.

Dès leur création, les Cybersolidaires se sont donné pour mandat d’intégrer le réseau féministe Internet dans une perspective de collaboration en vue de l’enrichir et de contribuer à son animation. Elles visent également à faire entendre les voix qu’on n’entend pas, dont celles des femmes autochtones du Canada (cybersolidaires.typepad.com/ameriques/femmes_autochtones_du_canada) et des Amériques (cybersolidaires.typepad.com/ameriques/femmes_autochtones_des_amriques), des travailleuses du sexe (cybersolidaires.org/prostitution), des immigrantes (cybersolidaires.typepad.com/ameriques/femmes_immigrantes), des migrantes (cybersolidaires.typepad.com/ameriques/femmes_migrantes), des petites filles et des jeunes femmes (cybersolidaires.typepad.com/ameriques/femmes_jeunes) et des personnes transsexuelles et intersexuées (cybersolidaires.typepad.com/ameriques/femmes_transsexuelles_intersexues).

Un exemple de ce type de réseautage est le travail de diffusion qui se fait en réseau lors d’événements internationaux ou locaux et dans le cadre duquel les articles des Cybersolidaires sont transmis par de nombreux réseaux progressistes du Québec, Canada et du monde (voir par exemple la couverture du Forum XXX (cybersolidaires.typepad.com/direct/forum_xxx) ). Les Cybersolidaires travaillent également en collaboration avec l’ORÉGAND (www.oregand.ca), Stella (www.chezstella.org) et le Collectif Féminisme et Démocratie (www.feminismeetdemocratie.ca) tout en alimentant les réseaux Netfemmes, le Réseau des médias alternatifs du Québec (www.reseaumedia.info) et WomenAction Europe et Amérique du Nord (www.enawa.org), entre autres. De plus, depuis 2005, avec le site des Femmes de la Francophonie (cybersolidaires.typepad.com/francophonie), Cybersolidaires et l’ORÉGAND forment le noyau fondateur d’un réseau de sites qui se soutiennent concrètement les uns les autres tout en gardant leur autonomie et leur couleur.

Le site des Cybersolidaires : la complémentarité des informations au service d’une perspective globale

Une des forces du site des Cybersolidaires est de présenter les trouvailles de leur veille informationnelle dans un format adapté aux médias électroniques qu’elles rendent accessibles aux femmes qui ont souvent très peu de temps à consacrer à la navigation Internet. Les actualités ou articles sont adaptés au médium, c’est-à-dire qu’ils ont une présentation destinée spécifiquement à la lecture à l’écran et affichant des hyperliens à même le texte. Voir par exemple la section "La pensée féministe au Québec" (cybersolidaires.org/histoire/anthologie.html) qui offre une quarantaine de textes adaptés au Web extraits d’une anthologie "papier". En tout temps, l’internaute peut donc accéder à des contenus complémentaires en ligne dans le site des Cybersolidaires ou dans d’autres sites féministes ou progressistes, ou encore dans la presse tant locale qu’internationale.

Comme l’exploitation des TIC fait partie intégrante de leur travail, les Cybersolidaires ont toujours une foule de moyens à proposer susceptibles de faciliter celle des internautes. L’interactivité d’Internet facilite non seulement la diffusion d’informations mais surtout l’appropriation du contenu par celles qui le consultent de même que leur implication. Là réside le potentiel d’Internet pour l’action : du contenu facilement accessible qui donne le goût aux internautes de s’impliquer activement pour cette cause qui est la leur, celle des femmes, et des moyens pour une telle implication peu importe le temps dont elles disposent.

Les sections sur des campagnes de Cybersolidaires (cybersolidaires.typepad.com/ameriques/thme_campagnes) et du site des Femmes de la Francophonie (cybersolidaires.typepad.com/francophonie/3_campagnes) sollicitent des appuis en ligne pour diverses causes. Les internautes les plus pressés peuvent donc poser rapidement une action solidaire via Internet. Pour celles qui prennent le temps de naviguer un peu plus longtemps, des moyens d’action sont disponibles un peu partout dans le site regroupant l’information en provenance de réseaux de solidarité internationale et continentale en ce qui a trait aux conditions de vie et aux luttes de femmes, aux droits démocratiques, à l’environnement et aux bouleversements socio-politiques, toujours dans une perspective féministe. Des veilles informationnelles thématiques sont également offertes (cybersolidaires.typepad.com/ameriques/thme_veille_informationnelle).

Les listes de discussion : un relais d’information vital pour la cybersolidarité

Afin d’alimenter leur site, les Cybersolidaires ratissent différents sites Internet afin de dénicher les dernières nouvelles, suivre l’évolution de certains débats ou encore en déceler de nouveaux. Les sites Web ne sont toutefois pas la seule source d’information utilisée par les Cybersolidaires. En effet, les listes de discussions donnent aussi accès à une foule d’informations. Par exemple, le réseau électronique PAR-L (www.unb.ca/par-l), regroupant des personnes et des organisations s’intéressant à la recherche sur les politiques touchant les femmes partout au Canada, permet d’accéder à de l’information politique, économique et sociale de façon rapide et quotidienne.

Les Cybersolidaires ont recours à ce type de listes pour aller puiser l’information et la faire suivre dans d’autres réseaux. En effet, elles alimentent plusieurs listes et quelques sites en plus de leur propre site. Elles diffusent également, via ces listes, des actualités et des appels à la solidarité. En d’autres mots, les Cybersolidaires diffusent par ces listes des contenus provenant du réseau Internet qui n’y circuleraient pas autrement, entre autres, parce que les féministes québécoises n’ont pas encore le réflexe de tenir au courant leurs consœurs des autres provinces.

Les Cybersolidaires y diffusent également leurs propres nouvelles. Pour elles, il est essentiel de combiner les outils de diffusion à leur site Web : la transmission par le site dépend de la visite des internautes tandis que la diffusion à travers les listes implique une démarche plus active tout en élargissant le potentiel de rayonnement de la veille informationnelle effectuée. De plus, les Cybersolidaires comptent sur l’appui de plusieurs éclaireuses situées un peu partout dans le monde qui acheminent par courriel des informations nationales ou internationales et permettent le suivi de certains dossiers menés par des organisations de défense des droits humains.

Pour le moment, les Cybersolidaires souhaitent davantage faire la promotion des listes de discussion existantes plutôt que d’en créer de nouvelles. Selon elles, de tels outils permettent actuellement une cybersolidarité aux effets bien réels, pour autant que l’on investisse cet espace de communication offert par Internet. Par exemple, la promotion d’un moyen concret pour lutter contre l’excision des filles maasais du Kenya (cybersolidaires.typepad.com/francophonie/2004/04/la_cybersolidar.html) permet de sensibiliser l’opinion publique dans un esprit de solidarité. «Plein de gens qui n’ont pas eux-mêmes accès à Internet ont un besoin vital de la cybersolidarité des privilégié-es qui peuvent se brancher ou aller dans un point d’accès public».

Enfin, les Cybersolidaires constituent un exemple éclatant du potentiel des TIC à créer un véritable lien social. Elles souhaitent voir les femmes faire l’expérience d’Internet comme un outil de communication et de réseautage, vu non pas comme un instrument technique, mais bien comme une mine considérable de nouvelles connaissances sur les femmes du monde et de création de liens entre elles. Les Cybersolidaires souhaitent que celles pour qui l’aspect technique semble repoussant se concentrent sur la diffusion de contenus et sur les discussions en participant au réseau Internet. La diffusion sans douleur dans Internet (cybersolidaires.org/diffusion) propose donc des outils faciles à utiliser tels que des listes de discussion, des sites Web, dont des blogues (ou carnets Web : voir par exemple ceux de Cybersolidaires [ http://cybersolidaires.typepad.com (cybersolidaires.typepad.com)], des Femmes de la Francophonie (cybersolidaires.typepad.com/francophonie), du Collectif Féminisme et Démocratie (www.feminismeetdemocratie.ca) de même que les chroniques de Cybersolidaires (cybersolidaires.typepad.com/chroniques) et Cybersolidaires en direct d’événements (cybersolidaires.typepad.com/direct)), permettant de publier facilement soi-même ses propres contenus dans Internet. L’important, disent-elles, c’est de "prendre notre place pour réaliser solidairement notre propre agenda!".

Adresses Internet :
Cybersolidaires : www.cybersolidaires.org
Le blogue de Cybersolidaires : cybersolidaires.typepad.com
Femmes de la Francophonie : cybersolidaires.typepad.com/francophonie
Les chroniques de Cybersolidaires : cybersolidaires.typepad.com/chroniques
Cybersolidaires en direct d’événements : cybersolidaires.typepad.com/direct

La diffusion sans douleur dans Internet : www.cybersolidaires.org/diffusion
Le féminisme virtuel pour changer le monde cybersolidairement : www.cybersolidaires.org/diffusion/cyberfeministes.html
La pensée féministe au Québec : www.cybersolidaires.org/histoire/anthologie.html

Observatoire sur le développement régional et l’analyse différenciée selon les sexes (ORÉGAND) : www.oregand.ca
Collectif féminisme et démocratie : www.feminismeetdemocratie.ca
Réseau des médias alternatifs du Québec : www.reseaumedia.info


Cybersolidaires - 14 octobre 2005

Politique de confidentialité | Politique d'accessibilité
La création 'Espace associatif.org' est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
Contrat Creative Commons Communautique 2004.

Le développement de cet espace en ligne a été rendu possible grâce à l'appui financier du Fonds de l'autoroute de l'information du Conseil du Trésor du Québec et du programme Francommunautés Virtuelles d'Industrie Canada et des Programmes de financement de Culture canadienne en ligne de Patrimoine Canada.

Gouvernement du Québec Gouvernement du Canada