Vous êtes ici : L'accès communautaire : un atout pour l'action > Communautique > Récit d'expérience

:: Récit d'expérience />

Communautique

Inforoute - Points d’accès - Initiation de la population

Présentation

Au début de l’année 2000, un grand projet prenait forme : « Inforoute - Points d’accès - Initiation de la population ». Ce projet, soutenu par le Fonds de lutte contre la pauvreté par la réinsertion au travail et par Fonds jeunesse du Québec, entend agir comme déclencheur de l’appropriation des technologies par les populations démunies en leur permettant de s’initier à l’univers technologique dans une atmosphère conviviale et chaleureuse. Pour la mise en oeuvre du projet, Communautique a bénéficié de l’appui d’un réseau de partenaires répartis dans plusieurs centres urbains du Québec.

La formule est originale : 98 points d’accès constitués d’au moins un ordinateur installé dans un groupe communautaire, où l’on propose des activités d’initiation réalisées par douze équipes de trois animateurs et animatrices ou plus qui visitent les groupes de leur région ou arrondissement cinq fois par semaine et offrent des périodes d’initiation aux gens qui fréquentent l’organisme ainsi qu’à la population.

La formule des activités est conçue de façon à faciliter les apprentissages en tenant compte des particularités des personnes rejointes. L’animateur ou l’animatrice populaire initie seulement deux personnes à la fois, pour une période de trois heures. Cette formule très personnalisée permet aux animateurs et aux animatrices de s’adapter au rythme d’apprentissage de chacune des personnes. Aussi, l’approche est centrée sur les besoins et les intérêts des participants et des participantes.

Les personnes reçues ont souvent un grand besoin de parler, d’échanger et d’être rassurées quant à leur capacité à apprendre ainsi qu’à utiliser un ordinateur et Internet. Par exemple, les personnes âgées, bien que motivées, sont souvent très craintives au départ. Dès qu’elles constatent que l’atelier est adapté à leur rythme et qu’elles peuvent apprendre, leur intérêt augmente, et ce, même si elles doivent consacrer un certain temps à cet apprentissage. De nombreuses personnes ont besoin qu’on leur dise qu’il est tout à fait normal de n’avoir jamais touché à un ordinateur et qu’il y a un début à tout.

Afin de répondre aux demandes des participants et participantes, différents types d’ateliers d’initiation sont offerts : initiation à Internet, initiation à la bureautique et initiation à la création de pages Web. Les points d’accès réservent également des périodes dites « d’accès accompagné » où les gens peuvent avoir accès à l’équipement pour des travaux ou des recherches personnelles tout en bénéficiant de l’aide ponctuelle de l’animateur ou de l’animatrice qui pourra répondre aux questions.

Participation aux ateliers d’initiation

Au mois de février 2003, on comptait, depuis le début du projet, 40 240 présences aux activités des points d’accès. Des statistiques ont été établies tout au long du projet à partir de questionnaires anonymes d’évaluation remplis, de façon volontaire, par les participants et les participantes aux activités.

Les personnes sans emploi, les femmes et les personnes de plus de 40 ans constituent une importante partie des participants et participantes aux ateliers d’initiation et de familiarisation. Une majorité significative (63%) des participants et des participantes ont déclaré désirer utiliser les connaissances acquises à des fins de recherche d’emploi ou pour leur emploi actuel.

Presque tous les participants et les participantes ont exprimé le désir de revenir aux ateliers, ce qui illustre l’importance des besoins de formation de gens peu familiers avec l’informatique et Internet. Même après 3 ans, le projet continuait d’offrir à beaucoup de gens (près d’une personne sur 5) leur premier contact avec l’informatique et Internet.

Les participants et les participantes

Des personnes âgées, des jeunes, des résidants et résidantes de HLM ou de coopératives d’habitation, des femmes cheffes de famille, des personnes analphabètes ou en démarche d’alphabétisation, des personnes vivant des problèmes de toxicomanie, des autochtones, des personnes appartenant à différentes communautés culturelles, des nouveaux arrivants, des personnes ayant des déficiences intellectuelles, des personnes ayant des problèmes de santé mentale. Dans les différentes régions, que ce soit à Rimouski, à Amos ou à Montréal, les activités d’initiation rejoignent aussi des populations souvent très marginalisées : itinérants, toxicomanes, jeunes artistes marginaux et même squeegges.

Issues de milieux populaires, toutes ces personnes vivent différentes réalités et des situations difficiles sur plusieurs plans. Souvent sans revenus ou à revenus modestes, ou peu scolarisées ou sans emploi, elles se voient très souvent isolées et, nombreuses sont celles qui arrivent avec peu de confiance en elles et dans leurs capacités à apprendre à utiliser un ordinateur et Internet. Certains groupes rejoignent aussi de nouveaux arrivants qui doivent affronter plusieurs défis : intégration, apprentissage du français et recherche d’emploi.

Puisque les personnes se présentent aux ateliers sur une base volontaire, leur détermination est grande. Les motivations sont multiples : curiosité, quête de savoir, recherche d’une information précise ou tout simplement, une passion personnelle. Maintes fois fut exprimée la crainte de manquer le bateau et de se voir exclu. Pour plusieurs personnes, il s’agit d’une question de fierté et de dignité, elles souhaitent être en mesure de dire à leurs enfants « Je sais comment ça fonctionne !». Des parents souhaitent aussi apprendre afin d’être en mesure de comprendre ce que leurs enfants apprennent à l’école. Les intérêts varient ainsi beaucoup : emploi, santé, formations offertes, livres, musique, téléromans, animaux, horticulture, voyages, peinture, etc.

Les personnes âgées considèrent qu’Internet peut contribuer à bâtir des ponts entre leur génération et celle de leur petits-enfants. Internet devient aussi un outil de communication avec des personnes qu’elles n’ont pas vues depuis très longtemps. Leur motivation est donc très grande; leur ponctualité et leur constance en témoignent. Certaines personnes âgées manifestent de l’intérêt pour des outils comme le clavardage (chat) ou les forums, sans doute parce qu’ils permettent de communiquer en temps réel.

Partout, les commentaires sont très positifs. Les participants et participantes en retirent beaucoup de satisfaction personnelle. Pour la moitié d’entre eux, il s’agit d’un premier contact avec l’ordinateur. Ces activités leur permettent d’apprivoiser l’ordinateur ; elles acquièrent de nouvelles connaissances et sont en mesure d’utiliser Internet, le courrier électronique, le traitement de texte et/ou de réaliser une page Web. Tout cela se déroule dans un climat de confiance, chaleureux, propice à l’échange et où l’on s’adapte au rythme de chacun. Tous et toutes en ressortent avec une confiance accrue. Certains soulignent même que ces nouveaux apprentissages contribuent à réduire le fossé entre les générations. Ces nouvelles connaissances, ces habiletés nouvellement acquises, cette confiance en soi se répercutent de façon très visible pour plusieurs personnes.

Les nouveaux arrivants trouvent avec Internet un moyen de demeurer en contact avec leur pays d’origine soit par le biais des sites donnant accès aux journaux de leur pays, ou en utilisant le courrier électronique. L’initiation à Internet leur permet de réaliser des économies en appels interurbains ou de pallier à un service postal trop lent. Une participante originaire de Colombie a été tout émue d’envoyer un courriel à sa fille et d’en recevoir la réponse avant la fin de l’atelier.

Pour les personnes en recherche d’emploi, les activités d’initiation leur permettent d’acquérir un nouvel outil et d’accéder à des ressources additionnelles. En plus d’apprendre les rudiments de la recherche et du courrier électronique, elles peuvent rédiger curriculum vitæ et lettres de présentation grâce à l’apprentissage du traitement de texte. Elles peuvent également créer une page Web personnelle.


Communautique - 06 octobre 2005

Politique de confidentialité | Politique d'accessibilité
La création 'Espace associatif.org' est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
Contrat Creative Commons Communautique 2004.

Le développement de cet espace en ligne a été rendu possible grâce à l'appui financier du Fonds de l'autoroute de l'information du Conseil du Trésor du Québec et du programme Francommunautés Virtuelles d'Industrie Canada et des Programmes de financement de Culture canadienne en ligne de Patrimoine Canada.

Gouvernement du Québec Gouvernement du Canada