Vous êtes ici : Les TIC et les médias communautaires > Centre des médias alternatifs du Québec (CMAQ) > Récit d'expérience

:: Récit d'expérience />

Centre des médias alternatifs du Québec (CMAQ)

L’expérience du Sommet des Amériques ou les débuts du CMAQ

Dès les débuts du CMAQ, l’équipe, presque entièrement composée de bénévoles, déploie des efforts considérables en prévision du Sommet des Amériques. Le CMAQ prend véritablement son envol lorsqu’il met en ligne son site (www.cmaq.net) le 1er octobre 2000. Deux collectifs éditoriaux, à Québec et à Montréal, sont créés en préparation du Sommet. En février 2001, le CMAQ inaugure une salle de presse qui accueille, pendant le Sommet, 500 journalistes indépendants en provenance d’Amérique du Nord, d’Amérique du Sud, d’Europe,... De l’équipement informatique y est mis à leur disposition et les journalistes peuvent envoyer rapidement leurs articles à leurs médias respectifs grâce à l’Internet. Le CMAQ diffuse sur son site, du 18 au 22 avril, plus de 370 articles ainsi que plusieurs documents vidéo et photo. De plus, la Radio des Amériques, en quatre langues, est diffusée sur le site Internet du CMAQ, en collaboration avec l’Association mondiale des radios communautaires (AMARC) et Radio Basse-Ville (CKIA), une radio communautaire de Québec. Enfin, l’équipe publie le journal bilingue Autres Voix/Voices Outside the Wall et distribue des milliers de copies auprès de la population pendant le Sommet.

Les projets d’incorporation, de financement et de nouveau site Internet

Le CMAQ s’est grandement fait connaître lors du Sommet, pendant lequel le site du CMAQ a reçu un million de visites. Évidemment, ce nombre exceptionnel de visites a diminué après l’événement, mais les citoyennes et les citoyens continuent aujourd’hui d’alimenter le site en textes.

Au début de 2002, le CMAQ déménageait des locaux d’Alternatives pour s’installer dans le Centre des loisirs du quartier populaire de Parc-Extension. Indépendant dans son fonctionnement, le CMAQ le deviendra officiellement lors de son incorporation en coopérative de solidarité prévue pour l’été 2002. L’équipe produit des sites Web pour les organismes communautaires et organise des soirées bénéfices afin de financer les activités du CMAQ.

Préoccupé par la démocratisation de la technologie, le CMAQ prône l’utilisation des logiciels libres. Le CMAQ, limité dans le temps à la veille du Sommet des Amériques, avait fait développer son premier site Internet par un consultant avec du code propriétaire. Afin d’avoir plus de prise sur ses outils de communication, l’équipe a refait son site en logiciels libres et lançait la nouvelle version en mars 2002. Toutes les personnes ou organisations qui souhaitent se doter d’un site à contribution ouverte, comme les partenaires du réseau Indymedia, peuvent maintenant récupérer et personnaliser le code source. De plus, le site a été refait afin que la mise à jour et l’ajout de textes soient plus faciles.

Des pistes de développement pour le CMAQ

En mai 2002, environ un an après la fin du Sommet, le CMAQ organisait une rencontre à Montréal pour discuter des orientations possibles quant à son développement et pour proposer le développement d’une convergence entre les médias indépendants. Cette rencontre a permis à de nombreuses personnes intéressées par le sujet, notamment les journalistes de médias alternatifs comme Recto-Verso et L’Aut’ Journal, d’échanger sur les manières de créer cette convergence. Cette rencontre s’inscrivait dans la foulée de deux colloques organisés au cours des années précédentes par Ao! Espaces de la parole et par Recto-Verso, réunissant plusieurs médias alternatifs.

Plusieurs s’entendaient pour dire que peu de gestes concrets ont été entrepris à la suite de ces colloques pour mettre en oeuvre une convergence entre les médias indépendants. Quelques intervenants dans l’assemblée ont par ailleurs émis leurs réserves à l’idée de réunir les médias alternatifs, très différents les uns des autres. Certains ont proposé de commencer prudemment par des projets de partenariat ponctuels plutôt que de se lancer dans de grands projets trop ambitieux à long terme.

Le CMAQ a énoncé plusieurs propositions pour appuyer les médias alternatifs et favoriser les échanges : créer une liste d’envoi par courriel pour la presse alternative; développer, sur le site du CMAQ, un répertoire des médias alternatifs; partager les ressources humaines et matérielles, par exemple, mettre de l’équipement à la disposition des journalistes indépendants, offrir une expertise en création de sites Web et créer un mini-centre de documentation regroupant plusieurs publications de la presse alternative; etc.

La rencontre s’est terminée avec un projet de forum de discussion, sur le site du CMAQ, qui permettrait aux médias alternatifs d’exprimer leurs attentes face au développement du CMAQ et à la convergence des médias alternatifs. À suivre...
Sites Internet

Centre des médias alternatifs du Québec : www.cmaq.net

Alternatives : www.alternatives.ca

Ao! Espaces de la parole : www.ao.qc.ca

Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires : www.amarc.org

Radio Basse-Ville (CKIA) : www.meduse.org/ckiafm



Ce récit est la version intégrale du témoignage recueilli par Communautique et publié en version imprimée en juin 2002.

Dépôt légal - Bibliothèque nationale du Québec, 2002
ISBN 2-9807167-2-3
© Communautique, juin 2002


Centre des médias alternatifs du Québec (CMAQ) - 16 novembre 2004

Politique de confidentialité | Politique d'accessibilité
La création 'Espace associatif.org' est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
Contrat Creative Commons Communautique 2004.

Le développement de cet espace en ligne a été rendu possible grâce à l'appui financier du Fonds de l'autoroute de l'information du Conseil du Trésor du Québec et du programme Francommunautés Virtuelles d'Industrie Canada et des Programmes de financement de Culture canadienne en ligne de Patrimoine Canada.

Gouvernement du Québec Gouvernement du Canada