Vous êtes ici : Les TIC en alphabétisation > Centre des lettres et des mots (CLEM) > Récit d'expérience

:: Récit d'expérience />

Centre des lettres et des mots (CLEM)

Le CLEM est un organisme qui intervient dans le secteur de l’alphabétisation et de l’éducation populaire auprès de la population de Mercier. Il offre des ateliers pour l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et du calcul à différentes catégories de gens. Des personnes sans emploi, des travailleurs, des immigrants et quelques jeunes fréquentent le CLEM. Installé dans le quartier depuis 1987, l’organisme est aussi très actif dans plusieurs organismes.

Pour le CLEM, il est apparu essentiel d’intégrer les TIC à son action auprès des personnes en processus d’apprentissage et des organismes partenaires. Éviter de prendre le virage des nouvelles technologies aurait signifier, pour les apprenantes et apprenants, se voir priver d’un outil fort pertinent aux activités d’alphabétisation tant sur le plan social que celui des apprentissages. Pour ses groupes partenaires, comme pour lui-même, le CLEM voyait la pertinence des TIC dans l’apport d’un nouveau souffle à la pratique de chacun des intervenants. Convaincus du potentiel des TIC pour sa propre mission, le CLEM s’est donné comme mandat de soutenir chaque organisme partenaire intéressé à aller de l’avant dans l’usage des TIC en support à la réalisation de ses activités.

Le rôle du CLEM pour l’intégration des TIC dans le réseau communautaire de Mercier

La participation du CLEM au réseau Cacophonie témoigne de la grande motivation de son équipe à parvenir à des résultats concrets en matière d’intégration des TIC dans le secteur de l’alphabétisation au Québec. Cette motivation se traduit, entre autres, par une collaboration avec Un Mondalire, un centre d’alphabétisation situé à Pointe-aux-Trembles, dans la mise sur pied de deux centres d’accès communautaires à Internet (CACI) afin de soutenir l’appropriation des TIC par la population de l’Est de Montréal. Participant tous deux au réseau Cacophonie, ces deux organismes s’échangent des conseils techniques et s’appuient mutuellement dans leur virage technologique. C’est une façon de partager l’expérience particulière qu’exige l’intégration des TIC aux activités d’alphabétisation. En s’entraidant selon les forces de chacun, ces organismes sauvent du temps évitant ainsi des tracasseries d’ordre technique. Les formatrices et formateurs bénéficient donc plus rapidement du potentiel des TIC pour leurs activités et peuvent concentrer leurs énergies à développer des usages intéressants pour les apprenants et apprenantes.

L’équipe du CLEM s’est également fixé comme objectif de transmettre au réseau communautaire de Mercier sa passion pour les nouvelles technologies. Ainsi, l’organisme développe des activités en partenariat où la dimension technologique est présente. Par exemple, les personnes qui fréquentent le Centre L’Échelon, oeuvrant dans le réseau de la santé mentale, se sont vu offrir la possibilité de participer au journal produit par les gens inscrits aux ateliers du CLEM depuis deux ans. Les TIC sont utilisées par les participantes et participants pour la recherche d’informations sur Internet, le traitement de texte et l’insertion d’images à même le journal. C’est une façon originale d’amener deux groupes différents à travailler ensemble dans le cadre d’une activité libre permettant à ceux et celles qui le souhaitent de mettre à profit leur créativité.

Cette année, les contributions au journal ont été l’occasion pour les participantes et participants de se découvrir un intérêt particulier pour la poésie. Le CLEM compte bien en faire le thème central du journal de l’an prochain dont le processus de réalisation sera accompagné d’une nuit de la poésie. Mentionnons que les participantes et participants sont impliquées à chacune des étapes de la réalisation du journal, que ce soit au niveau du contenu ou dans le processus de consultation pour le choix d’un titre.

Cette activité a d’ailleurs offert un cadre propice pour apprendre le fonctionnement du processus électoral. Le CLEM en a ainsi profiter pour faire un travail de sensibilisation sur l’exercice du droit de vote auprès d’une population habituellement peu confiante à se prévaloir d’un tel droit. Mentionnons que les formatrices et formateurs du CLEM ont été agréablement surpris de l’enthousiasme rapide avec lequel les gens se sont impliqués dans le projet de la confection du journal. Ce projet est une réussite et démontre que même en situation d’apprentissage, les gens sont enclin à expérimenter de nouvelles façons de faire tout en continuant à intégrer certaines connaissances de base par le biais d’outils plus traditionnels. Les TIC n’effacent pas l’importance d’apprendre les règles de l’écriture manuelles ou encore celles du calcul avec une démarche mathématique sur papier. Elles ont cependant le net avantage d’amener une diversité enrichissante dans le processus d’apprentissage. Cette nouvelle couleur dans les activités pédagogiques, les formatrices et formateurs du CLEM ne pourraient certainement plus s’en passer. Remarquons que l’organisme a l’intention de développer d’ici l’an prochain un projet de formation à distance avec le Centre L’Échelon, cette fois en mathématiques. Des participants de L’Échelon pourront suivre un atelier se déroulant dans les locaux du CLEM grâce à l’usage d’une télé-conférence.

Les TIC et leurs usages possibles en alphabétisation

Si le CLEM offre des activités d’initiation informatique à certains organismes comme La Maison des Familles de Mercier-Est et le Centre L’Échelon, il réserve certains approfondissements au cadre spécifique des ateliers en alphabétisation. Parmi les outils privilégiés par le CLEM, on retrouve la navigation Internet fort pertinente pour élargir les champs d’intérêts des participantes et participants. Par exemple, des visites guidées disponibles sur certains sites éducatifs ont permis à plusieurs de découvrir la Belgique, des villes comme Paris et de se retrouver sur des cartes géographiques. De plus, le CLEM se rend régulièrement sur les sites de logiciels spécialisés afin de soutenir les activités en français et en mathématiques. Les apprenantes et apprenants voient une source de motivation à utiliser du matériel pédagogique interactif qui facilite l’auto-correction et, par là, plus d’autonomie dans leur processus d’apprentissage.

Le CLEM teste actuellement un logiciel adapté aux activités d’alphabétisation qui s’adresse spécifiquement aux formatrices et formateurs. Permettant de fonctionner par thématique, le logiciel les assiste dans la création de différentes activités où sont combinés des mots, des phrases, des images et des sons à l’intérieur d’une série d’exercices proposés à l’utilisateur. Mentionnons que l’intégration des signaux sonores peuvent faciliter l’apprentissage de certaines notions chez les apprenantes et apprenants, notamment dans le cadre de la méthode phonétique où la reconnaissance visuelle des mots, avec un type de syllabe donné, se trouve facilitée lorsque la lecture peut être accompagnée du son. Le CLEM souhaite voir le développement de ce genre de logiciels.

Enfin, si le CLEM identifie deux grands défis liés aux TIC, soit celui de leur intégration aux apprentissages et celui pour l’organisme d’avoir un impact réel dans le réseau communautaire de Mercier, on peut conclure qu’il contribue clairement à les relever. La rencontre de tels objectifs est illustrée par l’originalité de sa démarche dans l’intégration des outils technologiques à ses activités de même que par le partage des connaissances auquel il participe avec de nombreux collaborateurs.



Ce récit est la version intégrale du témoignage recueilli par Communautique et publié en version imprimée en juin 2002.

Dépôt légal - Bibliothèque nationale du Québec, 2002
ISBN 2-9807167-2-3
© Communautique, juin 2002


Centre des lettres et des mots (CLEM) - 27 janvier 2005

Politique de confidentialité | Politique d'accessibilité
La création 'Espace associatif.org' est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
Contrat Creative Commons Communautique 2004.

Le développement de cet espace en ligne a été rendu possible grâce à l'appui financier du Fonds de l'autoroute de l'information du Conseil du Trésor du Québec et du programme Francommunautés Virtuelles d'Industrie Canada et des Programmes de financement de Culture canadienne en ligne de Patrimoine Canada.

Gouvernement du Québec Gouvernement du Canada