Vous êtes ici : L'accès communautaire : un atout pour l'action > Le Chez-Nous de Mercier Est > Récit d'expérience

:: Récit d'expérience />

Le Chez-Nous de Mercier Est

Des freins à l’utilisation des TIC par le personnel

Le projet Inforoute - Points d’accès - Initiation de la population, auquel participe le Chez-Nous de Mercier-Est, a fait entrer Internet dans l’organisme. Le personnel est donc connecté depuis deux ans et une ligne téléphonique est réservée à la connexion Internet. On l’utilise surtout pour le courrier électronique. Certaines raisons font en sorte qu’Internet n’est pas utilisé à son plein potentiel et que certains volets comme la recherche sont un peu mis de côté. À ce sujet, on nomme le manque de connaissances et de temps.

Un moyen pour attirer de nouvelles personnes au Chez-Nous et pour favoriser la socialisation.

Les ateliers d’initiation à Internet offertes au Centre jouissent d’une grande popularité. En effet, à l’hiver 2002, la liste d’attente comptait une centaine de noms. Les aînés disent apprécier le fait que les ateliers soient donnés en petit groupe, soit deux personnes à la fois. Le point d’accès à Internet ne comprenait qu’un poste informatique à l’hiver 2002, mais le Centre prévoie en augmenter le nombre grâce au Programme d’accès communautaire (PAC) d’Industrie Canada.

Comme l’ensemble des activités, les ateliers d’initiation à Internet visent surtout à faire sortir les aînés de chez eux et à créer des liens. Au départ, les participantes et participants viennent aux ateliers par curiosité, pour obtenir de l’infrmation sur les aînés et sur les voyages, pour se rapprocher de leurs petits-enfants en acquerrant des connaissances communes. Plusieurs veulent s’acheter un ordinateur en commençant leur formation, mais le Centre les encourage à vérifier leur intérêt et leurs besoins avant d’investir. S’ils constatent que ceux-ci ne sont pas assez grands, ils pourront toujours utiliser le point d’accès informatique.

L’intérêt des participantes et participants pour l’informatique est grand, mais les activités peu nombreuses. De plus, les participantes et participants aux ateliers rencontrent des difficultés à créer des liens avec le Centre, puisque que la formation n’est que de trois semaines. Le Chez-Nous de Mercier-Est aimerait donc développer davantage de projets pour accroître le lien d’appartenance et répondre à l’intérêt des participantes et participants en offrant des formations plus spécialisées sur des thèmes précis : l’utilisation de Word, du scanner, etc.

Un accompagnement apprécié lors des activités avec l’ordinateur

Malgré la forte demande pour les ateliers d’initiation à l’informatique et à l’Internet, deux personnes seulement avaient donné leur nom pour les périodes d’accès libre en avril 2002. Un sondage effectué auprès de 75 participantes et participants a d’ailleurs révélé que la grande majorité (88 %) trouvait les formations brèves. Les personnes de 55 ans et plus apprécient grandement l’accompagnement avec animatrice ou animateur et elles préfèreraient poursuivre leur apprentissage dans le cadre d’un atelier plutôt que par accès libre. Il faut savoir que bon nombre d’entre elles n’ont jamais eu la possibilité d’utiliser un ordinateur. Des appréhensions légitimes émergent donc souvent comme la crainte de tout effacer sur l’ordinateur en appuyant sur de mauvaises touches. Ces craintes disparaissent toutefois après quelques heures.

Un groupe spécifique d’utilisateurs avec des besoins différents

Les personnes de 55 ans et plus se différencient de l’ensemble des utilisateurs des TIC. Si l’on compare avec les participantes et les participants des centres pour jeunes par exemple, ces personnes souhaitent avoir plus d’activités structurées avec un horaire et un accompagnement pour poursuivre leur apprentissage. Elles s’intéressent peu au chat mais davantage à la recherche d’information. Enfin, les TIC les intéressent grandement et le Chez-Nous de Mercier-Est ne peut fournir à la demande. La dernière fois que le Centre a fait paraître une publicité, le personnel a dû répondre à des appels téléphoniques pendant trois jours et inscrire plus de 100 personnes sur une liste d’attente! Quelqu’un a aussi suggéré au Centre de créer un club Internet. L’intérêt est là, il n’y a pas de doute. Le Chez-nous doit maintenant relever le défi de trouver le financement nécessaire pour répondre aux besoins spécifiques de ses participantes et participants.



Ce récit est la version intégrale du témoignage recueilli par Communautique et publié en version imprimée en juin 2002.

Dépôt légal - Bibliothèque nationale du Québec, 2002
ISBN 2-9807167-2-3
© Communautique, juin 2002


Le Chez-Nous de Mercier Est - 17 novembre 2004

Politique de confidentialité | Politique d'accessibilité
La création 'Espace associatif.org' est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
Contrat Creative Commons Communautique 2004.

Le développement de cet espace en ligne a été rendu possible grâce à l'appui financier du Fonds de l'autoroute de l'information du Conseil du Trésor du Québec et du programme Francommunautés Virtuelles d'Industrie Canada et des Programmes de financement de Culture canadienne en ligne de Patrimoine Canada.

Gouvernement du Québec Gouvernement du Canada