Vous êtes ici : Les TIC et les médias communautaires > Association pour la promotion de l'économie sociale et solidaire (APRESS) > Récit d'expérience

:: Récit d'expérience />

Association pour la promotion de l'économie sociale et solidaire (APRESS)

Une collaboration pour l’économie sociale et solidaire par la voie des TIC

Les médias regroupés au sein de L’Apress souhaitent également faire prendre conscience aux lecteurs de la logique mondiale dans laquelle s’insèrent les différentes problématiques vécues à l’échelle locale et régionale en termes d’inégalités sociales et d’exploitation économique par la création d’un réseau international s’appuyant sur l’utilisation des TIC.

Parmi les objectifs ciblés par l’Apress, on retrouve celui visant la promotion des valeurs liées au développement de l’économie sociale, jusqu’à récemment, largement ignorées du grand public. L’Apress devint ainsi le lieu de l’élaboration d’une stratégie concertée, à l’initiative du Monde Diplomatique, de Politis, de Connection et des Pénélopes, en faveur d’une plus grande visibilité à l’échelle internationale des initiatives menées en économie sociale tout en cherchant à multiplier les collaborations. Actuellement, l’Apress compte une quarantaine de partenaires français qui, ensemble, favorisent le réseautage entre organisations par la diffusion des expériences en matières de développement de pratiques novatrices dans le secteur de l’économie sociale : l’échange des savoirs-faire est ainsi placé au centre d’un réel changement social.

La place des TIC dans la stratégie de diffusion mise en place par l’Apress fait, par ailleurs, de l’association un réel initiateur d’un important mouvement social puisque l’association rejoint dans toute la francophonie un nombre important de lecteurs qui ne sont pas directement impliqués dans le secteur de l’économie sociale mais qui adhèrent à sa philosophie. Ainsi, «L’Apress est reconnue par les médias et le grand public comme une ressource tant au niveau de l’économie sociale et solidaire que de la communication non libérale et de l’appropriation des outils de communication par la société civile» (Rapport d’activités 2001 de l’Apress, p. 5).

L’association développe également de nombreux partenariats internationaux, avec l’Europe, l’Afrique, le Québec et l’Amérique Latine. C’est en cela que l’Apress s’est donnée pour vocation «de participer à des rencontres, nationales ou internationales. Il s’agit de promouvoir et valoriser l’économie sociale et solidaire, dans sa diversité (...). Mais aussi de retransmettre l’événement au plus grand nombre, (...) dans la mesure du possible, de coproduire l’information avec d’autres médias» afin de mettre en scène une diversité des points de vue.

Si l’inauguration officielle en France de Mediasol a eu lieu le 16 octobre 2001, c’est au cours de la Rencontre internationale sur la globalisation de la solidarité que le nouveau portail de l’économie sociale a pu se faire connaître au Québec. Ce forum international fut le lieu privilégié pour lancer un message reflétant largement de vives motivations partagées par les organisateurs de l’événement : «l’économie sociale et solidaire doit émerger, affirmer ses valeurs participatives, démontrer sa diversité, partager ses expériences et ses succès, sortir du "micro", pour s’engager dans une démarche de reconnaissance des sociétés» (Joëlle Palmieri des Pénélopes, A Québec, globaliser la solidarité, Le Monde diplomatique, supplément Économie solidaire, octobre 2001, http://www.monde-diplomatique.fr/2001/10/PALMIERI/).

Ce qui importe pour l’Apress, c’est de susciter des débats afin «de poser les bases d’un questionnement en direction d’un lectorat grand public» (Rapport d’activité 2001 de l’Apress, p. 6). Les contenus diffusés sur le site de l’Apress ne visant pas nécessairement la formation d’un concensus, chacun des membres apporte son propre point de vue: «La mutualisation des contenus se fait ainsi assez naturellement, chaque support gardant sa ligne éditoriale et ses modes de traitement, tout en participant à un pot commun des sources qui arrivent directement à l’Apress. Depuis l’ouverture du site, cinq dossiers ont été traités : femmes et économie, fonds éthiques, commerce équitable, financement de l’ESS (économie sociale et solidaire), syndicalisme et ESS» (Ibid. pp. 6-7). Ainsi, un comité de rédaction, composé des membres de l’Apress et d’autres acteurs, se réunit une fois par mois afin de déterminer en équipe le contenu du dossier du mois de même que celui des différentes rubriques qui composeront la "Une" du site.

Mediasol diffuse actuellement plus de 800 articles en ligne qui sont indexés dans une base de données à laquelle le lecteur a accès par un classement par date, thème, lieu et pays (www.mediasol.org/xliste.php3?id_rubrique=14). L’affichage de chacun des articles prévoit un format spécifique pour l’impression. Les lecteurs peuvent également réagir aux articles consultés, les transférer à un autre lecteur par messagerie et accéder, le cas échéant, au site du média qui a produit l’article, d’autres articles étant produit directement à l’interne. Le site comprend également une section "Boîte à outils" affichant une rubrique différente à tous les mois. En février 2002, par exemple, cette rubrique contenait de l’information sur les Scic (société coopérative d’intérêts collectifs) sous forme de rapports et de textes sans compter la possibilité de participer à un forum sur le sujet. En avril, des membres ont affiché sur le forum des questions abordant le thème de la démocratie participative en suscitant les discussions à propos des relations entre les villes et l’économie sociale et solidaire.

Depuis son lancement officiel, donc en un peu moins de six mois, le site Mediasol a triplé son nombre de pages lues tandis que le nombre de visites a doublé. À la fin février 2002, 685 personnes étaient abonnées au bulletin électronique diffusant, une fois par mois, les mises à jour du site et des flashs d’information. Le nombre des nouveaux abonnés au bulletin électronique fut de 140 pour une période de cinq jours au moment du déroulement du récent Forum social mondial de Porto Alegre. Mentionnons que mediasol.org poursuit un développement en logiciel libre SPIP.

Sites Internet:
Les Pénélopes: http://www.penelopes.org/
Le Monde diplomatique: http://www.monde-diplomatique.fr/



Ce récit est la version intégrale du témoignage recueilli par Communautique et publié en version imprimée en juin 2002.

Dépôt légal - Bibliothèque nationale du Québec, 2002
ISBN 2-9807167-2-3
© Communautique, juin 2002


Association pour la promotion de l'économie sociale et solidaire (APRESS) - 06 décembre 2004

Politique de confidentialité | Politique d'accessibilité
La création 'Espace associatif.org' est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
Contrat Creative Commons Communautique 2004.

Le développement de cet espace en ligne a été rendu possible grâce à l'appui financier du Fonds de l'autoroute de l'information du Conseil du Trésor du Québec et du programme Francommunautés Virtuelles d'Industrie Canada et des Programmes de financement de Culture canadienne en ligne de Patrimoine Canada.

Gouvernement du Québec Gouvernement du Canada